Programme Mieux manger pour tous !

Face aux conséquences de l’inflation, le Gouvernement intensifie la lutte contre la précarité alimentaire

Publié le Mis à jour le 23/02/2024 | Temps de lecture : 4 minutes

Le 3 novembre 2022, la Première ministre annonçait la création d’un fonds pour une alimentation durable doté de 60 millions d’euros en 2023. 

Contexte et objectifs

La mise en place d’un fonds d’aide alimentaire durable, ayant pour but de renforcer la qualité de l’aide alimentaire, a été annoncée le 3 novembre 2022 par la Première ministre. Les modalités de déploiement de ce fonds ont été présentées le 27 février 2023 par le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées au travers du programme « Mieux manger pour tous ». 

Ces moyens nouveaux s’inscrivent dans la suite des travaux de la convention citoyenne pour le climat et de la loi EGAlim, avec les objectifs suivants :

  • améliorer la qualité nutritionnelle et gustative de l’approvisionnement en denrées de l’aide alimentaire ;
  • réduire l’impact environnemental du système d’aide alimentaire ;
  • permettre le renforcement et l’évolution des dispositifs locaux de lutte contre la précarité alimentaire ;
  • soutenir la participation et l’accompagnement des personnes en situation de précarité alimentaire dans l’évolution des pratiques alimentaires.

La mobilisation de ces moyens permet d’agir en matière de santé publique, alors que 17 % de la population française est en situation d’obésité et que l’OMS appelle à la mobilisation générale contre l’épidémie d’obésité et de surpoids infantile. Elle a également un impact environnemental : il est nécessaire d’enrichir notre alimentation en produits frais et de développer les circuits courts et de proximité pour concourir à la transition écologique du modèle agricole. Enfin d’un point de vue social, il s’agit de favoriser l’accès des personnes les plus démunies aux catégories d’aliments les plus chers. Leur consommation de fruits et légumes frais est ainsi moitié moindre que celle de la moyenne des Français. 

La concertation conduite avec les acteurs de la lutte contre la précarité alimentaire s’est effectuée dans le cadre du Comité national de coordination de la lutte contre la précarité alimentaire (COCOLUPA) et a permis de définir les objectifs et les modalités de la mise en place de ce programme.

Les modalités de mise en œuvre du programme

Le programme pluriannuel est doté d’un montant de 60 millions d’euros en 2023. Il se décline en deux volets : national (40 M€) et local (20 M€)

Un volet national a pour objectif d’accroître l’offre de l’aide alimentaire en fruits, légumes, légumineuses et produits sous labels de qualité. Il vise à faciliter l’accès des personnes en situation de précarité alimentaire à des denrées plus saines et plus durables, en respectant la saisonnalité des produits frais et en privilégiant une politique en matière d’achat qui favorise les approvisionnements de proximité et locaux. Il s’agira ainsi de viser à moyen terme la conformité des approvisionnements aux recommandations du Programme national nutrition santé.
Ce volet est destiné aux associations habilitées pour l’aide alimentaire au niveau national qui ont soumis un dossier sur la base de lignes directrices élaborées par l’administration. 

Des conventions sur trois ans ont été signées avec treize associations : ANDES, Croix-Rouge française, Fédération de l’Entraide Protestante, Fédération française des banques alimentaires, Fédération des Paniers de la Mer, Fondation de l’Armée du Salut, Réseau Cocagne, Restaurants du Cœur, Revivre dans le monde, Secours Catholique, Secours populaire français, UGESS, VRAC.

Un volet local a pour objectif de développer des actions de lutte contre la précarité alimentaire autour de quatre axes 

  • le développement d’alliances locales de solidarité alimentaire « producteurs-associations-collectivité » 
  • le soutien d’actions de lutte contre la précarité alimentaire au sein des projets alimentaires territoriaux ;
  • le soutien d’expérimentations portant la transformation de l’organisation de la lutte contre la précarité alimentaire dont les expérimentations en matière de transfert monétaire tels que des chèques alimentaires durables ;
  • l’amélioration de la couverture des zones blanches de l’aide alimentaire. 

Ce volet est mis en œuvre par les services déconcentrés au niveau régional sur la base d’un appel projet commun à l’ensemble des territoires. 

Au terme de la sélection des dossiers, ce sont près de 480 projets qui sont soutenus au niveau local.

La liste des lauréats 

Un programme qui s’inscrit dans la durée

Comme annoncé par la première ministre, ce programme est pluriannuel. Il a vocation à croître également pendant la durée du Pacte des solidarités pour atteindre 100 M€ en 2027.

Contact

dgcs-programme-mmpt@social.gouv.fr
 

Infographie

Infographie | Les objectifs du programme Mieux manger pour tous